Accueil > Découvrir > Actualités > Actualités archivées > Conférence le jeudi 10 novembre à 18h

Découvrir

 
Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Conférence le jeudi 10 novembre à 18h

BRANCARDIERS 2.jpg

"Louis-Joseph Turcan, un médecin-commandant engagé dans la Grande Guerre - Gros plan sur la bataille de Vassincourt", par Michel Roudillaud, petit-fils du docteur Turcan

Conférence présentant deux thématiques:

« La vie et la carrière du Médecin-Commandant Louis-Joseph Turcan »

Le 3 août 1914, Louis-Joseph Turcan, médecin à Fréjus, rejoint à Orange le 15ème C.A. Il est nommé adjoint au médecin-chef de l’ambulance n° 2. À ce titre, il soigne de nombreux blessés aux batailles de Dieuze et de Vassincourt. En 1915, il rejoint le 112ème R.I. Dans le bois de la Gruerie, au cours d’un bombardement par minenwerfer, il se porte aux points dangereux pour soigner les blessés. Il est touché au front par un éclat d’obus. En 1916, malade, il est transporté sur Alençon pour pneumonie. Dès qu’il retrouve ses forces, le voilà de nouveau en première ligne. En 1917, il est affecté au 20ème C.A. Le 16 avril, débute l’attaque du Chemin des Dames. Malgré des bombardements violents, il prodigue ses soins sans se préoccuper du danger. Il sera nommé Chevalier de la Légion d’honneur. À Vacherauville, en mars 1918, sous un tir intense d’obus à gaz toxique, il organise les secours. Intoxiqué lui-même, il est évacué vers Fleury-sur-Aire. Il terminera la guerre en tant que médecin-chef de la place de Privas.

Il décède à Fréjus en 1940. La ville décide pour lui rendre hommage, de donner son nom aux écoles et à l’ancien chemin muletier qui deviendra une des voies les plus passantes de Fréjus, la rue du Docteur Turcan.

« Les Provençaux à la bataille de Vassincourt (6 au 12 septembre 1914) »

Un mois après le début de la Grande Guerre, la situation des armées françaises est critique. Les Allemands sont aux portes de Paris. Le Général Joffre, Commandant en Chef, prend la décision de lancer une contre-offensive. La bataille de la Marne va s’engager, mettant aux prises 2 millions d’hommes sur un front de plus de 200 km. Les Provençaux vont se battre devant Vassincourt : ils doivent empêcher que les Allemands ne prennent Bar-le-Duc et ne s’emparent de Verdun. Vassincourt est un petit village situé dans le département de la Meuse en région Lorraine. Le 8 septembre, les soldats du Midi entrent dans la bataille. Le lieutenant Julien Labat, né à Draguignan, tombe à la tête de sa section (une rue porte son nom). Ayant appris le recul de ses troupes, le Général Sarrail lance son ordre : « Il me faut Vassincourt à tout prix ! Vous devez l’attaquer tant qu’il y aura un homme ! Je vous demande de vous y employer jusqu’au sacrifice complet ! ». Le 12 septembre, après de durs combats, la bataille de Vassincourt est gagnée.

Souvenons-nous de cette fin d’été 1914, où 1000 jeunes hommes du 15ème Corps d’Armée, venus de Provence, sont morts ici, sur ce plateau de Vassincourt, lors de cette offensive victorieuse, qui fut qualifiée de « Miracle de la Marne ».

 

Conférencier: Michel Roudillaud, petit-fils du docteur Turcan

Entrée libre.

Date et heure: le jeudi 10 novembre 2016, à 18h.

Lieu: Auditorium du pôle culturel Chabran, 660, boulevard Kennedy, Draguignan


Espace personnel
© Archives départementales du Var - Plan du site - Mentions légales - Crédits